Imprimer

Grève illimitée à l’université : Le Sneuc a mis sa menace à exécution

Le .

alwatwan actu image

Par Abdallah Mzembaba

A l’issue de son assemblée générale extraordinaire, samedi, le Syndicat national des enseignants de l’Université des Comores (Sneuc) a finalement décidé de passer à la vitesse supérieure en mettant à exécution sa menace de grève illimitée.


Il renvoie la balle au ministère des Finances, qui doit soumettre au conseil des ministres de ce mercredi 8 février ses propositions de sortie de crise. «Nous n’attendons pas du gouvernement qu’il accepte verbalement les solutions qui lui seront proposées, mais qu’il passe aussi à l’acte. Autrement, ce sera le statut quo», avertit le secrétaire général du Sneuc, Hassane Youssouf.


Au cours d’une conférence de presse ce même samedi, aussitôt après son assemblée générale, le Sneuc a rappelé que «tout a été fait dans le respect des textes. Le temps est désormais aux actions, non aux promesses.»

Changement de donne

Pour rappel, la plateforme revendicative des enseignants de l’université des Comores porte sur six points: le règlement de la retraite, la reconnaissance de la carrière des enseignants par la Fop, le versement du manque à gagner dû à la baisse des droits d’inscription, l’attribution d’un fonds axé sur la recherche, la signature des décrets complétant le statut de l’Udc et la mise en place d’une taxe assurant d’une façon pérenne le fonctionnement de l’Université.


Il y a quelques jours, le Sneuc disait attendre en priorité la satisfaction des trois premiers points, mais «la donne a changé. Nous attendons de voir ce que va faire le gouvernement pour pouvoir en juger». Certes, il reconnait les efforts du gouvernement allant dans le sens d’une sortie de crise, mais il regrette en même temps «le fait que jusqu’ici on n’ait pas pu rencontrer le président». De même, les techniciens de la Fonction publique «ne nous ont pas non plus facilité la tâche. Le directeur et l’informaticien ont montré un blocage manifeste malgré les ordres du ministre de la Fop. Les propos du directeur de la Fop parus dans Al-watwan sont loin de la réalité et le blocage de la Fop se situe au niveau des exécutants et non au niveau des autorités». La rentrée prévue demain pour le compte du second semestre est maintenant en suspens.