Imprimer

La fête du 6 juillet en France : Une célébration autour de l’unité nationale

Le .

 

alwatwan actu image

DIASPORA. Selon Le collectif pour l’indépendance des Comores, principal initiateur de l’évènement, cette célébration s’inscrit dans une volonté de démontrer les différents aspects de l’unité des Comores.

 

La date historique de l’accession des Comores à l’indépendance a été célébrée par la diaspora établie en France, conviée par «Le collectif pour l’indépendance des Comores». Le 4 juillet, soit deux jours en avance, une cérémonie a été organisée au centre Jean Houdremont de la Courneuve en Seine Saint-Denis.

Les Comoriens, particulièrement de la région parisienne, hommes et femmes, grands comme petits, ont honoré cet évènement célébrant les 40 ans d’indépendance de leur pays d’origine. Il y a eu aussi la présence d’élus municipaux de la Seine Saint-Denis, notamment de la Courneuve.

Selon Le collectif pour l’indépendance des Comores, principal initiateur de l’évènement, cette célébration s’inscrit dans une volonté de démontrer les différents aspects de l’unité des Comores. Comme fils conducteur de la célébration, l’histoire avant l’occupation, durant sa colonisation et après son indépendance. Une analyse objective est ainsi intervenue à travers des débats ayant permis de dégager des réflexions sur une vision d’avenir des Comores.

Un bilan critique sur les difficultés de tout ordre que traversent les Comores, notamment des enjeux et défis à faire face, s’est invité aux débats des différents acteurs associatifs présents, afin d’amorcer un développement durable du pays, 40 ans après son indépendance.

Un tableau de la société comorienne sur ses atouts et ses faiblesses a été présenté pour susciter un espoir de développement aux différentes générations.

«Les Comores, quels enjeux aujourd’hui et demain, des propositions», a été l’un des thèmes débattus dans la journée du 4 juillet à Paris, à l’occasion des 40 ans d’indépendance des Comores. Les échanges entre le public ont été plus constructifs.

«Wudzima wa massiwa», l’hymne national, a retenti en chœur au centre culturel du 93, suivi des chants religieux, mois sacré de ramadan oblige, pour animer l’évènement.

alwatwan actu image

Autre thème de débat qui a mobilisé beaucoup le public, dans l’après-midi, «Les Comores 40 ans d’indépendance  inachevée». L’occupation illégale de l’île comorienne de Mayotte a été ainsi dénoncée.

Parmi les moments forts de la fête comorienne à Paris, le défilé des costumes traditionnels qui a été vivement applaudi par l’assistance. Durant une cinquantaine de minutes des enfants ont démontré le mode vestimentaire traditionnel des îles Comores.

Pour compléter le bilan des 40 ans d’indépendance, le thème  , «le séparatisme, la question de Mayotte», a été également débattu. Une occasion pour le public de revenir sur le contentieux de l’île comorienne maintenue sous domination coloniale depuis 40 ans.

Dans la soirée, «Le statut de la femme de 1975 à nos jours» a été aussi débattu. Il y a eu l’exposé du contexte et la problématique, suivis de témoignages et des échanges entre le public.

A la fin des festivités, Abdourahmane Mohamed, un étudiant en master de droit rencontré à la sortie de la salle, nous a confié qu’il était très impressionné par la forte mobilisation des Comoriens à la cérémonie et trouve que c’est salutaire qu’on se sent concerné par l’indépendance quel que soit l’éloignement avec pays. Djaé Mohamed, jeune né en France, s’est réjoui des débats animés, soulignant que «les Comores indépendantes nous interpellent tous, et devons apprendre et retourner travailler au pays».

Mohamed Ahamada Mohamed Viloro, Paris