Imprimer

Vote de la diaspora : Paris vient de donner son accord

Le .

alwatwan actu image

 

DIASPORA. En vue de la sécurisation du vote de la diaspora, l’ambassade de France demande la transmission, au plus tard quarante jours avant les élections, du «schéma d’organisation» des bureaux de vote avec les informations indispensables et ce en vue de la mise en place du dispositif nécessaire. Selon la Commission technique nationale de la diaspora, 110.000 membres de la diaspora comorienne sont en âge de voter.

 

Le vote de la diaspora comorienne en France aux élections présidentielles de février 2016 se confirme chaque jour. Dans une correspondance adressée au ministère comorien des Relations extérieures (Mirex) le 24 août, l’ambassade de France à Moroni informe que le Quai d’Orsay a donné son «accord de principe» pour l’ouverture de bureaux de vote hors des locaux diplomatiques et consulaires comoriens pour ce vote de la diaspora. Il est ainsi demandé au Mirex de «préciser l’autorité compétente désignée par les autorités comoriennes en vue de ce scrutin».

Pour la sécurisation des opérations électorales, l’ambassade de France demande la transmission, au plus tard quarante jours avant les élections, du «schéma d’organisation des bureaux de vote avec les informations suivantes : adresse, nombre d’électeurs, date et heures d’ouverture du scrutin, (…)» et ce en vue de la mise en place du dispositif nécessaire.

C’est sur la base de ces informations que «des dispositions pourront être prises par les autorités françaises pour la sécurisation des sites», lit-on dans ce document. Par contre, la représentation diplomatique française précise que «les questions relatives à la mise à disposition de locaux ou de matériel électoral sont à traiter directement avec les autorités municipales ou préfectorales des sites retenus».

A en croire la Commission technique nationale de la diaspora, 110.000 membres de la diaspora comorienne sont en âge de voter (lire notre édition du 19 août 2015). «D’autres chiffres de la préfecture des Bouches du Rhône donnent le nombre de 40.000 citoyens franco-comoriens qui votent dans les élections françaises, rien qu’à Marseille. Ce qui revoit à la hausse les prévisions de tout le territoire français», apprend-on dans un rapport de la mission d’étude sur l’inclusion de la diaspora dans le fichier électoral.

Au niveau des inscriptions sur le fichier électoral, il en ressort qu’il existe trois catégories de Comoriens établis ou résidant dans l’Hexagone : «ceux qui possèdent la carte d’identité nationale comorienne, ceux qui ont les pièces nécessaires pour la faire, qui n’ont pas fait la démarche et ceux qui n’ont pas encore les pièces exigibles pour l’établir».

Des chiffres provisoires montrent qu’une enveloppe de 265 millions de francs est nécessaire pour les opérations d’enrôlement  de la diaspora en France. Selon la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), la révision exceptionnelle du fichier électoral devra durer du 1er septembre au 23 novembre.

Kamardine Soulé